Les nuits de feu

Les courbes, le noir
Et le rouge aussi. Le désir
Et les arcs, les dentelles qui se froissent
Les mains qui effleurent les murs
Comme s’ils avaient une histoire à raconter

L’obscurité des nuits de feu
Palais des glaces à ciel ouvert
Où nos fantasmes nous entrainent
Dans les creux des vagues d’une mer calme ou agitée
Se mirent les destins croisés de ceux qui osent
S’offrir à l’extase du plaisir partagé

Ce sera fou ou ce sera tendre
Entre nous
Ce sera toujours une découverte
Nous nous laisserons porter
Par l’élan de l’instant
L’euphorie des sens en mouvement
L’invasion de nos univers par le fruit
De notre appétit grandissant
Ou nous nous laisserons bercer
Par la symbiose de nos corps sans cesse attirés
L’un vers l’autre, l’un contre l’autre
Dans une danse dont nous composons la mélodie
Au gré de nos envies

Advertisements

Sur tous les murs du monde

Il faudrait écrire l’amour sur tous les murs du monde
A l’encre indélébile

Rouge
Le sang bouillonnant
Vert
Le souffle de vie
Bleu
La nuit mystique
Or
Le feu sacré
Blanc
Enivrant, captivant
Noir
Élégant…

Toutes les couleurs de tous les ciels du monde
Écrire l’amour pour qu’il ne s’envole pas
Au premier orage sourd
A la première danse assoiffée d’urgence

Écrire comme un hommage ou une prière
A tous les dieux du monde
Pour que jamais ne s’éteignent
Le feu – le souffle – le mystère
L’étreinte de l’instant d’amour

Que chaque minute de chaque jour soit dédié à aimer…

Le rideau se lève…

IMGP2594
Copyright Hédoné

Le rideau se lève
Et le monde s’enflamme
Au contact d’Ève
Dont le corps se pâme

Entrelacs de dentelle noire
Sur les peaux laiteuses
Le mystère creuse son sillon
Entre alcôves et passion

Elle frissonne
Sa peau entière fredonne
Une mélodie comme une danse
Qui dans une transe, suave
Lui donne un air –  animal

Le rideau se lève
Sur des ombres amazones
Tenant en bouche la virilité
Nymphes en pâmoison
Absorbant le philtre enchanté

Entrelacs de jambes, de mains
De vallées, de courbes, de creux, de bassins
Éblouissement des sens
Sous le ciel bleu ivre de la nuit

Singulier

Il est constant
Fulgurant
Cueilli par
L’empressement
Constamment
Il m’obsède

Il est un
Multiple
Ténébreux

Il investit
L’entre
Moi et le monde
L’antre
Impatient

Il transpire
Sous la langue
Respire
Avant de devenir
Feu

Il est dans l’instant
Le passage du vent
Sous ma jupe

Sensation d’une caresse
Fulgurante
Et revient
L’envie constante

De ce corps à corps foisonnant…

Ode à la passion!

Mettez de la passion dans ce que vous faites!

Ne vous satisfaites pas d’à peu près

De raccourcis maintes fois empruntés

De gestes appliqués à une théorie dépassée

Savourer ce qui se présente à vous

Avec tous vos sens en éveil

Regardez l’autre vivre, aimer, bouger

Regardez la vie battre contre ses tempes

Avant de vous engager dans une voie

Soyez des aventuriers, des chercheurs d’or

Ouverts au changement

Ne vous complaisez pas dans des habitudes mesquines

N’appliquez pas machinalement des gestes

Parce qu’hier, avec un / une autre, telle chose a fonctionné

La quête du plaisir est sans fin

Si vous laissez vos émotions vous prendre par la main

Soyez des êtres passionnés, vifs!

Soyez le désir incarné!

Faites vibrer chaque corde sensuelle

Chaque fibre érotique

Incarnez par tous les pores de votre corps

La Volupté!

 

 

En pleine lumière

Je veux faire l’amour au grand jour

En pleine lumière

Pas de secrets

Surtout pas le noir

Le noir ce sont les souvenirs

Le corps qu’on cache

Ne pas savoir

Je ne veux plus de voile

Plus de rideaux tirés

Ni de peau en apnée

Je veux la liberté de nos corps qui s’épousent

La vérité de cette rencontre sensuelle

Les mots, les cris, nos respirations mêlées

Cet entrelacs si particulier de sensations

Que seul l’amour peut créer

Celui qui attise notre désir

Fait trembler nos univers

Nous cueille au bord du vide

Un vide si savoureux

Une extase si singulière

Que le monde entier doit pouvoir

Contempler cette œuvre d’art.